Pourquoi la France d’Emmanuel Macron ne répond-t-elle plus aux ondes gravitationnelles de sa matrice anthropologique ?

« La bourgeoisie a joué un rôle éminemment révolutionnaire […] Elle a noyé les frissons sacrés de l’extase religieuse, de l’enthousiasme chevaleresque, de la sentimentalité naïve dans les eaux glacées du calcul égoïste. Elle a fait de la dignité humaine une simple valeur d’échange ; elle a substitué aux nombreuses libertés, si chèrement conquises, l’unique et impitoyable liberté du commerce. En un mot, à l’exploitation que masquaient les illusions religieuses et politiques, elle a substitué une exploitation ouverte, éhontée, directe, brutale […] Déchirant le voile de sentimentalité qui recouvraient les relations de famille, [elle] les a réduites à n’être que de simples rapports d’argent. »

Karl Marx et Friedrich Engels, Manifeste du parti communiste,1848, chap. I.

Longtemps brocardé et tourné en dérision, le bourgeois ne fait plus aujourd’hui l’objet de profondes réflexions anthropologiques. De façon générale, on semble considérer qu’il y aurait même quelque chose de désuet ou de convenu à s’interroger de façon critique sur la bourgeoisie et son imaginaire. Pourquoi un tel effacement ? Plutôt que d’être une classe sociale en voie de disparition, la bourgeoisie apparaît de nos jours plutôt correspondre à une mentalité qui a tout envahi. De notre point de vue, si elle a perdu sa visibilité, c’est tout simplement parce qu’on ne peut plus guère la localiser.

Pourtant, la littérature du XIX ème siècle a fait du bourgeois un formidable objet d’études. Il n’est que de penser à Honoré de Balzac dont le portrait par Gustave Doré le montre sous les traits d’un entomologiste patient, méticuleux et précis, épinglant dans le dos, tels des papillons, des hommes minuscules dans sa vitrine comme autant de types caractéristiques de son impeccable et éloquente démonstration littéraire.

Car Balzac est bien l’entomologiste de la nature humaine : et c’est précisément pour cela qu’une partie de ses contemporains a parfaitement bien compris son oeuvre, tandis qu’une autre est désarçonnée par la modernité de sa vision du monde (1). Tout à la fois héritier du XVIII ème siècle et contemporain de Karl Marx, il mesure l’évolution de la société française qui, depuis la Révolution, est passée d’une société d’« ordre » à une hiérarchie de « classe » ; d’une économie agricole figée à une économie où, via la Bourse, l’argent est l’élément dominant ; d’un monde où la naissance n’est plus l’essentiel puisqu’elle a été remplacée par la fortune. Depuis le roi Louis-Philippe gérant ses biens personnels comme un des personnages de La Comédie humaine, jusqu’au dernier des provinciaux amassant, à l’image du père Grandet, une fortune de notable, il semblerait que toute la monarchie de Juillet ne s’intéresse plus qu’à la finance : ce que Guizot va bientôt résumer en lançant aux Français ce mot d’ordre : « Enrichissez-vous ! »

Comme la religion, la morale devient un auxiliaire de la gendarmerie

La bourgeoisie a toujours été analysée à la fois comme une classe et comme la représentante d’une mentalité spécifique, d’un certain type humain indexé à un certain nombre de « valeurs ». C’est ainsi que pour Max Scheler, le bourgeois se définit d’abord comme un « type biopsychique » que sa vitalité déficiente pousse au ressentiment et à l’égoïsme calculateur. Le bourgeois, dit-il, ne se pose jamais la question de savoir si les choses ont une valeur en elle-même ; il se borne simplement à se demander : « Est-ce bon pour moi ? » (2).

Le 22 août 1937, André Gide écrit dans son Journal : « Je dirais, au nom de Flaubert : peu importent les classes sociales ! Il peut y avoir des bourgeois tout aussi bien parmi les nobles que parmi les ouvriers et les pauvres. Je reconnais le bourgeois non point à son costume et à son niveau social, mais au niveau de ses pensées, et, pour simplifier, j’appellerai bourgeois ” quiconque pense bassement”. […] Le bourgeois […] a la haine du gratuit, du désintéressé, de tout ce dont il ne peut se servir ».

Un des phénomènes les plus marquants de notre postmodernité est le processus d’hypermoralisation du discours politique cohabitant avec l’abandon de la pratique individuelle de la morale. Les tribunes politiques sont devenues des chaires d’où se distribuent les préceptes de conduite, les promesses de bonheur et les perspectives de châtiment. À aucune autre époque de l’histoire, la justice n’a été célébrée avec une telle abondance de discours et de revendications. Les politiques battent leur coulpe sur la poitrine de leurs voisins, mais aussi et surtout devant les tribunaux de moralité et d’orthodoxie libérale. Le vocabulaire de l’éthique suffit à peine à satisfaire la demande : les opinions politiques sont pesées, jugées, louées ou condamnées comme des vertus ou des tares imbibant l’âme et le corps.

L’essentiel de l’activité du politique est à présent de prodiguer des leçons de moralité : il monopolise la justice, il se dresse en juge impitoyable de la vie et de la conscience morale. Ce n’est pas que la classe politique vénère la morale. Loin de là ! Mais elle sait que la morale, dégénérée en verbiage moralisateur, constitue le plus puissant outil d’asservissement que la politique puisse employer.

Le déclin économique généralisé constitue un puissant facteur d’homogénéisation

Mondialisation, désindustrialisation, délocalisations, robotisation : toutes les évolutions récentes ont été défavorables aux classes moyennes (3). La nouvelle division internationale du travail a externalisé l’industrie vers les pays à bas coûts. Dans une « société ouverte » (concept qui n’est que l’autre nom de la loi du marché), les petites catégories salariées sortent de la classe moyenne les unes après les autres. Il faut juste nous souvenir que, dans l’histoire, le déclassement d’un groupe social a toujours eu des effets radicalisants sur la vie politique. Cette observation est d’autant plus importante dans un contexte social où un îlot de richesse coexiste de plus en plus difficilement avec un océan de précarité.

L’insécurité sociale ne suffit pourtant pas à expliquer l’impressionnante montée en puissance des mouvements conservateurs et réactionnaires. Le populisme n’apparaît que lorsque des couches de plus en plus larges de la population se trouvent à la fois en état d’insécurité culturelle (immigration massive, terrorisme islamiste, etc.) et en état d’insécurité sociale (chômage, stagnation des salaires, baisse du pouvoir d’achat, etc.) (4). La classe moyenne n’étant plus majoritaire, le nouveau bloc en recherche d’hégémonie réside dans la conjonction des classes populaires prolétarisées et la fraction grandissante des classes moyennes inférieures menacées de perdre le statut qu’elles avaient auparavant. La montée des populismes partout en Europe – voire au-delà – n’a d’autre moteur que cette coalition de ceux qui n’ont plus rien à perdre et de ceux qui ont tout à gagner.

La comédie politique ou comment tout le monde fait semblant de faire fonctionner une démocratie représentative devenue moribonde

Plus personne n’est dupe de l’impuissance structurelle des États dans le cadre contraignant des politiques néolibérales de l’UE. Une interrogation se fait alors jour : comment expliquer que l’euro et le carcan européen ne soient l’objet d’un rejet massif de la population, alors que leur échec est patent ? Comment comprendre une société qui ne remet plus en cause les racines de son mal-être, mais se montre inflammable à la moindre injustice ? Pourtant il est facile de constater le profond mouvement en cours de paupérisation générale de la société française, même s’il est masqué par un appareil statistique aveugle aux inflexions profondes du niveau de vie ; la baisse générale du niveau scolaire et le déplacement social de l’intelligence avec des élites surdiplômées, mais d’un conformisme mortifère ; l’émergence d’une masse sociale atomisée dominée par une élite stato-financière « hors-sol », épaulée par une petite bourgeoisie CPIS (cadres et professions intellectuelles supérieures) caractérisée par sa fausse conscience de classe ; la crise existentielle d’une humanité qui, bien loin d’être « augmentée » par les artifices de la science moderne, est au contraire devenue une humanité « diminuée », en proie à la fatigue d’être elle-même, profondément résignée, soit-disant libre mais en réalité impuissante, paralysée dans ses moindres velléités par de massives camisoles chimiques (5).

La crise des Gilets Jaunes se donne à voir comme l’aboutissement d’un long processus qui avait structuré l’évolution sociopolitique depuis la Révolution française. On a pu récemment voir l’aristocratie stato-financière passer en « mode Aztèque » (6), c’est-à-dire pratiquer un sadisme sacrificiel qui n’épargne plus personne, ni le monde ouvrier en voie d’extinction, ni la bourgeoisie CPIS, frappée à son tour par les réformes.

Il faut ici rappeler qu’Emmanuel Todd a bâti une œuvre majeure, fondée sur un modèle qui associe les grandes évolutions sociopolitiques aux structures anthropologiques fondamentales (les structures familiales et leurs expressions idéologiques inconscientes, dont la matrice religieuse). C’est à partir d’une intuition/observation fondatrice (la superposition des systèmes familiaux communautaires et des systèmes idéologiques communistes à l’échelle mondiale) qu’Emmanuel Todd a développé une grille de lecture de l’histoire de l’humanité qui a plus d’une fois montré sa dimension opératoire.

Ainsi, la vie politique française a-t-elle longtemps été sous l’influence d’un système anthropologique opposant un centre précocement déchristianisé, révolutionnaire et républicain (le Bassin parisien et sa structure nucléaire-égalitaire) et des périphéries réactionnaires à la déchristianisation plus tardive.

Le « oui » à Maastricht marque une inversion du système républicain traditionnel. Les espaces périphériques les plus tardivement déchristianisés, traditionnellement réactionnaires et votant à droite, ont voté oui lors du référendum du 20 septembre 1992, mettant en évidence un système néorépublicain où les régions périphériques ont pris la main en exprimant leur adhésion à un projet européen libéral et inégalitaire. C’est une France en voie d’homogénéisation qui affronte le moment macronien. De notre point de vue, c’est bien le modèle centre/périphérie qui s’est répandu de manière fractale sur l’ensemble du territoire, et c’est donc en termes de luttes de classes qu’il nous faut de nouveau envisager notre histoire. La France est aujourd’hui un petit pays en état d’apesanteur structurelle et de vide métaphysique, une nation propice à toutes les aventures politiques.

  1. Balzac a, mieux que quiconque, parfaitement compris l’invariabilité pathétique de la nature humaine. Dans Illusions perdues, le désir de parvenir du jeune Lucien de Rubempré va se heurter à la cruauté des salons. Il sera broyé, renvoyé à sa condition initiale, faute d’avoir les bons codes, les bonnes manières, les bons réseaux. Le génie de Balzac, finalement, c’est d’avoir été à sa manière, et bien qu’il défendît le trône et l’autel, le premier théoricien de la lutte des classes. D’ailleurs Marx, grand admirateur de l’écrivain monarchiste et catholique, ne disait pas autre chose : « Balzac a écrit Le Capital avant moi ! ».
  2. Max Scheler, Vom Umsturz der Werte, Leipzig, 1919, vol. 2, chap. « Der Bourgeois und die religiösen Mächte ».
  3. Cf., Rapport du Haut-Commissariat au Plan, n° 10, 07 décembre 2021 : « Reconquête de l’appareil productif : la bataille du commerce extérieur ». Selon François Bayrou, « La crise de notre appareil productif est un des éléments centraux de l’inquiétude que beaucoup de nos compatriotes nourrissent pour l’avenir de notre pays. […] Ce déclassement sans cause liée à notre capacité est purement et simplement inacceptable ».
  4. Voir Laurent Bouvet, L’insécurité culturelle. Sortir du malaise identitaire français, Paris, Fayard, 2015. Se fondant sur le postulat gramscien selon lequel il ne peut y avoir de déterminisme purement économique, l’auteur entreprend d’analyser le rôle que joue l’insécurité culturelle dans le malaise français. Partout, un profond sentiment d’être abandonnés par les élites se fait jour au sein des classes moyennes et populaires. De fait, les préoccupations sociétales ont pris le pas sur les préoccupations sociales au niveau de la classe politique et le vote traduit de moins en moins l’expression d’intérêts collectifs et d’intérêts de classe que l’expression d’intérêts minoritaires et catégoriels.
  5. Cf., Pascale Santi, « Covid-19 : la consommation d’anxiolytiques et d’hypnotiques s’est accrue en France depuis mars 2020 », in Le Monde, 27 mai 2021. Les chiffres publiés par le groupement d’intérêt scientifique Epi-Phare, constitué par la CNAV et l’Agence nationale de sécurité du médicament, montrent la dégradation de la santé mentale en France. Tendance forte depuis le début de la pandémie, les psychotropes, tels les anxiolytiques de type Xanax, Lexomil, Temesta, Lysanxia, etc. ont progressé de 7% en 2020 et de 10% sur les premiers mois de 2021, tout comme les hypnotiques, couramment appelés somnifères, tels que Stilnox et Imovane.
  6. Emmanuel Todd, Les Luttes de classes en France au XXI ème siècle, Paris, Le Seuil, 2020. Lors de la crise des gilets jaunes, une partie du patronat a insisté pour que le gouvernement lâche du lest alors que la direction du budget a œuvré pour que les mesures gilets jaunes coûtent le moins cher possible à l’État et soient reportées vers les caisses de sécurité sociale, afin de légitimer les futures réformes de l’assurance-chômage et des retraites. L’État est plus violent que les grands patrons.

 

Réflexions pour tenter de comprendre la fragmentation de la société française

Dans L’archipel français (1), Jérôme Fourquet met en lumière les différents processus qui aboutissent à une fragmentation sans précédent de la société française : dislocation de la matrice catho-républicaine, montée en puissance de l’individualisme, sécession des élites, flux migratoires, etc.

Plus particulièrement, le concept de « sécession des élites » a été analysé dès la fin du XXème siècle par Christopher Lasch (2). Ce phénomène montre que ce n’est plus « la révolte des masses » qui menace désormais la vie démocratique, mais la coupure de plus en plus prononcée entre le peuple et les « élites ». Une coupure tant économique et matérielle qu’éducative et intellectuelle qui conduit au repli sur eux-mêmes des privilégiés.

Cette sécession n’est pas le résultat d’un plan voulu ou caché. Elle est d’abord et avant tout la conséquence de la démocratisation de l’accès aux études supérieures qui a entraîné un élargissement des élites : alors que celles-ci représentaient environ 5% de la population jusqu’aux années 1970, elles pèsent aujourd’hui entre 15 et 20%.

Dès lors, ces élites peuvent vivre en vase clos. On peut, par exemple, observer le processus qui frappe Paris. Historiquement, il y a toujours eu des beaux quartiers et des quartiers populaires. Mais aujourd’hui, c’est quasiment toute la ville et une partie de la banlieue qui sont homogénéisés. Le mouvement dit des Gilets Jaunes montre bien le gouffre doublé d’une totale incompréhension qui s’est aujourd’hui installé entre les deux mondes. C’est ce que constate assez lucidement Raphaël Glucksmann : « Je me sens plus chez moi à Berlin qu’en Picardie ».

A l’époque, l’étroitesse de cette base sociale faisait qu’elle était davantage consciente de l’interaction nécessaire avec le reste de la société. De nos jours, ces élites peuvent avoir l’impression que toute la société est à leur image. Ce qui explique, en partie, les colères qui partout se manifestent : les classes populaires, et à présent les classes moyennes, ont le sentiment d’être littéralement sorties du film écrit par et pour les classes les plus intégrées.

Parmi les élites, beaucoup et notamment dans les jeunes générations Continuer la lecture