Les habits neufs du protectionnisme

Men walkin’ long the railroad tracks                                                                                        Goin’ someplace there’s no goin’ back                                                                                  Highway patrol choppers comin’ up over the ridge                                                                  Hot soup on a campfire under the bridge                                                                                Schelter line stretchin’ round the corner                                                                                  Welcome to the new world order                                                                                            Families sleepin’ in their cars in the southwest                                                                        No home, no job, no peace, no rest

Bruce Springsteen                                                                                                            The Ghost of Tom Joad, 1995 (1).

La mondialisation, et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes, a enfanté des logiques de résistance dont le protectionnisme est l’une des manifestations les plus éclatantes.

Pour les défenseurs du libre-échange, la perception du monde en termes de guerre économique, met en péril la mondialisation libérale, voire même l’ordre politique démocratique. En revanche, pour les tenants de la guerre économique, protectionnisme et mondialisation sont loin de s’exclure.

Le multilatéralisme établi après la Seconde Guerre mondiale avait pour objectif de prévenir les guerres commerciales. La création de l’Organisation mondiale du commerce en 1995 et son mécanisme de règlement des différends ont renforcé ce multilatéralisme. Aujourd’hui, le président américain Donald Trump, multiplie les mesures protectionnistes et cherche à réduire l’OMC à l’impuissance.

La géopolitique a d’abord exercé ses contraintes principalement au niveau des États : ceux-ci, au moins dans l’hémisphère occidental, semblent être entrés dans une crise qui menace leur existence. Aujourd’hui, la géopolitique révèle des logiques continentales : la Mer contre la Terre, c’est aujourd’hui les États-Unis d’Amérique contre le « reste du monde », et d’abord, contre le bloc continental européen.

De toutes les notions propres à la géopolitique, l’une des plus incontestable est sans nul doute l’opposition de la Mer et de la Terre. Si la Terre est le lieu des territoires différenciés, des distinctions tranchées entre la paix et la guerre, les combattants et les non-combattants, l’action politique et le commerce, la Mer est une étendue uniforme, la négation des différences, des limites et des frontières (2).

Comme hier celle de l’Angleterre, l’hégémonie américaine repose sur la domination mondiale des mers, prolongée par la domination de l’air. N’ayant pas de centre, la Mer ne connaît que des flux ; c’est par là qu’elle s’apparente à la globalisation postmoderne.

Le monde actuel est un monde « liquide », qui tend à abolir tout ce qui est « terrestre », stable, solide, constant et différencié. Le commerce lui-même, comme la logique du capital, est lui aussi fait de flux. L’uniformité que représente la globalisation et le commerce relèvent de la logique « maritime » : ce n’est pas un hasard si le capitalisme s’apparente avant tout à la piraterie (3).

A. La puissance maritime : leçon de géopolitique anglo-saxonne.

Alors que la tradition géopolitique allemande se concentre sur la puissance continentale, les Anglais et les Américains soulignent le caractère déterminant de la puissance maritime dans la quête de la domination mondiale.

La réflexion de l’amiral américain Alfred Mahan (1840-1914), stratège de la mer, va théoriser le concept de Sea Power : la maîtrise des mers (4).

A la fin du XIX ème siècle, les États-Unis sont devenus une grande puissance industrielle Continuer la lecture

L’essence du capitalisme : la guerre économique permanente

« Le capitalisme est dans son principe un état de guerre permanente, une lutte perpétuelle qui ne peut jamais avoir de fin. » (1).

Sans cesse le marché organise les flux : des marchandises, des capitaux et des hommes. Le marché broie les existences en célébrant le culte de l’égoïsme (2): c’est la complainte du néolibéralisme qui, en permanence, remet en cause les hommes dans leurs existences. Il fait planer un doute sournois et perpétuel sur leur utilité en organisant la mise en concurrence des subordonnés.

Selon Joseph Schumpeter, le capitalisme est cette puissante dynamique animée par l’idée de « destruction créatrice ». Une idéologie qui fait régner la terreur d’abord sur les salariés et qui s’est depuis étendue à tous les champs de l’existence.

Si le développement de la culture peut se définir comme le combat de l’espèce humaine pour la vie, ce combat se heurte au constat déjà opéré au XVIème siècle par le philosophe anglais Thomas Hobbes : « L’homme est un loup pour l’homme ». L’agressivité, ce trait indestructible de la nature humaine, menace constamment toute société civilisée : si nous nous construisons par la rencontre de l’autre comme « modèle », celui-ci a également dès le départ fonction d’« objet et d’adversaire ».

Les besoins sont infinis et l’obsolescence programmée des marchandises, leur mise au rebut systématique et accélérée, est un moyen de perpétuer l’incertitude dans laquelle baignent les pauvres gens. La société leur accorde un léger surplus par rapport à la stricte satisfaction de leurs besoins alimentaires : ils peuvent donc « essayer de vivre ».

Essayer de vivre…

Une telle vie deviendrait inadmissible s’il n’y avait le leurre de la nouveauté. C’est pourquoi il faut sans cesse « innover ». L’entrepreneur, écrivait Schumpeter, est l’homme capable d’innovation (3).

Mais ne nous y trompons pas : lorsque l’on parle d’innovation, il s’agit en réalité de démoder des objets Continuer la lecture

Les États-Unis d’Amérique : une conflictualité paroxystique

L’unité d’un peuple et d’une nation repose sur le partage d’un imaginaire qui va structurer les pratiques sociales et politiques. Il faut toujours observer avec soin ce qui se passe aux États-Unis d’Amérique, car cela a de fortes chances d’arriver jusqu’à chez nous. C’est du moins ce qu’observait déjà Alexis de Tocqueville au milieu du XIX ème siècle, et il nous semble que sa leçon ne doive pas être négligée.

Les États-Unis sont le laboratoire de la démocratie occidentale. Les grandes tendances de fond – culturelles, sociales et politiques – généralement exacerbées là-bas, nous arrivent, certes avec un peu de retard, mais elles ne nous épargnent pas.

Continuer la lecture