Sans justice sociale, pas de paix durable

« L’organisation de la solidarité est une question d’avenir qui se pose en toute société et non un monument historique qu’on pourrait raser ou conserver en l’état. »

Alain Supiot, Le Monde diplomatique,1er novembre 2014.

A partir des années 1980, les États-Unis de Ronald Reagan et l’Angleterre de Margaret Thatcher ont entamés des révolutions néolibérales résolument inégalitaires, revendiquées comme telles et qui ont pu connaître, à l’époque, un certain soutien des classes moyennes.

Mais depuis le début des années 2000, les promesses du « ruissellement » et de la croissance « miraculeuse » n’ont pas été tenues. Partout en Occident, les inégalités sociales se creusent et notamment, celles qui tiennent au patrimoine et qui s’accroissent beaucoup plus rapidement que celles concernant les salaires. La tendance est bien établie puisque désormais, les rentes rapportent plus que le travail. Le chômage et la précarité sont devenus structurels ; les travailleurs fragilisés se multiplient et les métropoles voient se former des        « ghettos » où se concentrent les plus démunis.

Nous avons finis par nous habituer à la présence des travailleurs pauvres qui dorment dans leurs voitures et à celle des mendiants et des SDF qui essayent de survivre au milieu de l’opulence.

Comment en est-on arrivé là ?

Le néolibéralisme comme négation du principe de solidarité

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, pour ne pas reproduire les conditions qui ont menées aux grands massacres qui ont scandalisé la conscience humaine, l’idée de justice sociale s’est imposée comme garde-fous Continuer la lecture

La polarisation de l’espace politique : une menace pour les démocraties ?

« En Amérique du Nord comme en Europe occidentale, les citoyens se détournent de la démocratie en nombre de plus en plus important. »

Yascha Mounk, Le Peuple contre la démocratie, 2018.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les démocraties occidentales ont offert le modèle d’une vie politique apaisée. Mais il semblerait que cette période touche à sa fin : une nouvelle catégorie de dirigeants, des hommes forts au verbe enfiévré, ont récemment emporté la majorité et le pouvoir à l’issue d’élections démocratiques. Le phénomène est planétaire : partout où elle brille, la flamme démocratique vacille, voire s’éteint, étouffée par des pratiques et des comportements qui n’ont plus rien à voir avec les traditionnels coups d’État militaires ou les pronunciamentos d’antan.

Les médias sociaux ont fortement contribué à l’émergence de mouvements politiques en dehors des canaux habituels : les printemps arabes, le mouvement Occupy Wall Street, le Tea Party et Donald Trump aux États-Unis, sans oublier les Gilets jaunes en France. Selon l’inclinaison politique de chacun, on peut penser que certains de ces mouvements sont négatifs ou bien positifs : mais tous ont été rendus possibles, voire amplifiés par les réseaux sociaux (1). Ceux-ci ont permis à des gens d’opinion similaire de se retrouver dans une communauté virtuelle qui a amplifié leurs convictions et, finalement, permis de coordonner leur action politique.

Au début des années 2010, la quasi-totalité des individus prenaient leurs informations d’un nombre restreint de sources contrôlées qui pouvaient être relativement impartiales. Aujourd’hui, la situation est devenue beaucoup plus compliquée.

La modernité, selon Descartes et Les Lumières, inscrivait l’individu dans une histoire et dans une quête de liberté fondée sur la raison et garantie par les institutions. Cela a reculé devant ce que l’on appelle la postmodernité (2). Un monde liquide Continuer la lecture

La réalité politique et sociale selon Friedrich Hayek

Connu pour avoir obtenu le prix de la Banque de Suède en sciences économiques (1974), Friedrich Hayek (1899-1992) a souvent été classé comme «ultra-libéral» par ses adversaires. Nous souhaitons, dans cet article, aborder une autre dimension de son oeuvre. Hayek est un auteur majeur de la science politique : en tant que juriste et penseur du droit, il a réfléchit à l’articulation entre l’ordre spontané de la société et l’ordre organisé de l’État. A ce titre, il distingue le droit de la législation.

Le droit, en tant que règle de conduite, a existé dès les débuts des sociétés humaines. Ensuite, est apparue la législation. Le droit est donc antérieur à la législation : aucune société ne peut exister sans droit, c’est-à-dire sans règles communes partagées.

En revanche, les sociétés peuvent exister sans législation : c’est le cas notamment des associations spontanées comme des liens interpersonnels, qu’ils soient familiaux ou amicaux.

Pour Hayek, le droit renvoie à la loi naturelle et la législation, à la loi positive. Il récuse les théories du contrat social et du positivisme juridique. L’idée d’ordre spontané est ce qui se cache derrière l’image de la main invisible. Dans la philosophie de l’histoire de Kant ou de Hegel, celle-ci apparaît comme une laïcisation de la providence, une métamorphose de la théodicée. Idée à laquelle va mettre fin Darwin qui va nous montrer comment, avec la théorie de l’évolution, nous pouvons faire l’économie de la finalité.

Comme aime à le rappeler Hayek avec bien d’autres, l’ordre spontané est le résultat de l’action humaine et non celui d’un dessein humain (1).

Un des plus remarquables traits distinctifs de la pensée de Hayek, c’est la place primordiale qu’il accorde à l’idée d’ordre : cette notion revêt Continuer la lecture

La gouvernance de l’Union européenne : une construction cybernétique ?

La gouvernance de l’UE apparaît comme un projet visant, en même temps, à tenter de neutraliser le politique en vidant la démocratie de son contenu, ramenant l’action des gouvernements à des règles et à des pratiques de gestion économique dispensées par une expertise privée (1).

La gouvernance se fonde sur un ensemble de présupposés qui trouvent leurs origines dans la cybernétique et qui vont se déployer à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le père de la cybernétique, Norbert Wiener (1894-1964), a pour projet de rendre le monde plus rationnel par le contrôle et la gestion informationnelle. Traumatisé par les folies collectives qui viennent de déchirer le monde, il veut « Éviter que l’humanité ne replonge dans le monde de Bergen-Belsen et de Hiroshima ». Cet espoir est fondé sur l’émergence des machines dites « intelligentes » qui nourrissent la promesse d’une société démocratique, transparente et décentralisée (2).

La notion de « société de contrôle » interroge le renouvellement des formes de pouvoir. On sait que depuis la révolution industrielle, la question du modèle d’organisation de l’entreprise a été au coeur des débats sur les modèles de société. Le projet de Saint-Simon, élaboré dès le premier quart du XIXème siècle, vise à la mise en place d’une société réticulaire gérée comme une industrie, grâce à l’alliance des savants et des industriels. Cette société sera façonnée dans l’entre-deux-guerres par l’idéologie du management.

En 1930, Antonio Gramsci observe : « L’hégémonie prend naissance dans l’usine » (3). Pour lui, le fordisme n’est pas seulement une méthode de production Continuer la lecture

Le néolibéralisme et la question démocratique

« L’idée d’un marché s’ajustant lui-même était purement utopique. Une telle institution ne pouvait exister de façon suivie sans anéantir la substance humaine et naturelle de la société, sans détruire l’homme et sans transformer son milieu en désert. »

Karl Polanyi, La Grande Transformation, 1944

Dans les dernières années du XXème siècle, le concept de «néolibéralisme» s’est considérablement déployé dans l’espace académique, faisant de celui-ci un objet d’étude désormais légitime.

Il n’existe pourtant pas encore de consensus quant au contenu prêté au néolibéralisme, quant au sens donné à son histoire et quant à son impact sur le monde contemporain.

Les travaux portant sur le concept insistent tantôt sur l’impossibilité qu’il y aurait à le rapporter à une définition unique, tantôt sur la très grande cohérence du projet de transformation sociale dont il serait le fondement (1).

A titre d’exemple, le néolibéralisme est appréhendé soit comme une quasi-conspiration mondiale qui se déploie dans l’ombre d’une stratégie hégémonique, soit comme un mouvement sans unité, à la fois éclaté dans des contextes nationaux fortement différenciés et pluriel dans ses orientations politiques et économiques.

Sans oublier les études portant sur l’impact du néolibéralisme concernant la Grande Crise de 2008 : certains ont pu expliquer que notre époque se caractérisait par un recours insuffisant au néolibéralisme, pendant que d’autres insistaient sur sa responsabilité écrasante dans le déclenchement de la crise dite des « Subprimes », soulignant les conséquences sociales extrêmement lourdes que les populations ont dû supporter.

On peut regrouper la pensée critique du néolibéralisme en trois branches : la première trouve sa source dans la philosophie de Karl Marx, la deuxième s’inscrit dans le sillage de la sociologie de Pierre Bourdieu, la troisième trouve son inspiration dans la démarche archéo-généalogique proposée par Michel Foucault.

A. L’approche Marxiste

Celle-ci envisage le néolibéralisme comme la nouvelle idéologie dominante qui recouvre de son voile trompeur la forme contemporaine prise par le capitalisme (2). Sur le plan de l’analyse économique, les récents travaux de Gérard Duménil et Dominique Lévy illustrent parfaitement bien cet angle d’attaque (3). Sur le plan philosophique, les travaux de Stéphane Haber envisagent le néolibéralisme comme un « néocapitalisme », reposant sur une ontologie sociale spécifique qui, tout en donnant l’impression de concourir à la libération des individus, met de facto en place de nouvelles formes d’aliénation toujours plus subtiles (4). Il nous faut également mentionner les travaux du géographe britannique David Harvey qui font du néolibéralisme un « projet de classe » au service d’une domination accrue permise par le « capitalisme global » (5).

B. L’approche Bourdieusienne

Si celle-ci apparaît certes très soucieuse de se distinguer de l’approche marxiste (Pallotta, 2015), elle partage néanmoins avec elle cette conception du néolibéralisme comme idéologie du temps présent. Dans un célèbre texte publié à la fin des années 1990 sous le titre « l’essence du néolibéralisme » (6), Pierre Bourdieu décrivait le néolibéralisme comme « l’utopie, en voie de réalisation, d’une exploitation sans limites », comme « un programme de destruction méthodique des collectifs », mais aussi comme « une nouvelle croyance » se présentant « comme la forme suprême de l’accomplissement humain », ce que d’autres ont pu appeler, un demi-siècle auparavant : une religion séculière. Dans son sillage, les travaux de Loïc Wacquant ou de Keith Dixon ont cherché à mettre en évidence les conséquences politiques et sociales néfastes de cette religion de l’économie qui aurait réussi à conquérir une hégémonie culturelle (Wacquant, 1998 et 2009 ; Dixon, 2000 et 2008).

C. L’approche Foucaldienne

Il s’agit ici d’envisager le néolibéralisme sous un autre jour : celui d’une « gouvernementalité » d’un nouveau genre. En France, Pierre Dardot et Christian Laval décrivent le néolibéralisme comme « La nouvelle Raison du monde » ayant réussi à imposer un gouvernement des vivants qui passe par une transformation complète des rapports de pouvoir : le néolibéralisme reposerait ainsi tout entier sur le figure inédite de « l’individu-entrepreneur » (7). Contrairement à l’approche bourdieusienne, Michel Foucault propose non pas d’appréhender les mutations contemporaines sous l’angle d’une « démission de l’État », mais plutôt comme une reconfiguration de celui-ci qui devient ainsi « l’agent le plus efficace de la mutation néolibérale des sociétés » (Laval, 2014).

Pourquoi poser la question des liens pour le moins ambigus entre néolibéralisme et démocratie ?

C’est que, paradoxalement, beaucoup de néolibéraux défendent une même conception négative de la liberté.

Comme l’a très clairement énoncé Isaiah Berlin, ce choix découle de la priorité donnée à la question : « Jusqu’où le gouvernement s’ingère-t-il dans mes affaires ? » (Röpke, 1939 et Hayek, 1960), sur celle consistant à se demander « Qui me gouverne ?», à laquelle s’attachent plus volontiers ceux qui défendent une conception positive de la liberté (Berlin,1969).

Or, cette distinction conduit à considérer que la démocratie et le libéralisme constituent des réponses à deux questions bien distinctes : celle relative aux modalités d’exercice et aux limites du pouvoir d’un côté et à sa dévolution de l’autre.

La démocratie entend ainsi remettre au peuple un pouvoir que le libéralisme vise seulement à borner : comme le souligne très nettement Hayek, le vis-à-vis de la démocratie Continuer la lecture

La France : une nation colonisée par la technocratie

La managérialisation de l’État est aujourd’hui chose largement accomplie. On peut décrire le macronisme comme une extension de l’idéologie managériale à la politique, celle-ci se caractérisant par la volonté de réinterpréter la Ve République dans le sens de l’efficacité et du résultat. C’est en cela que le macronisme est « en même temps » de gauche et de droite, puisque sa seule ambition est de produire du résultat alors que son prédécesseur cherchait avant tout le compromis.

Comme dans les entreprises, la vie politique est à présent soumise aux contraintes de temps, d’efficacité et de précarité. On peut citer, à titre d’exemple, la déclaration du Président de la République faite aux députés lors du Congrès à Versailles le 3 juillet 2017 : un plan social était prévu puisque un tiers d’entre eux n’auraient pas de circonscription en 2022.

Cette volonté de mettre un terme à toute illusion de carrière sous administration macronienne a été reportée du fait de l’agitation médiatique que nous avons connu à l’été 2018.

Le macronisme traduit la volonté de réduire la place de l’État dans la vie sociale au profit des entreprises et des marchés. Les relations du nouveau pouvoir avec la Haute fonction publique est très différente de la conception incarnée par le Général de Gaulle qui, non seulement respectait l’autonomie des Grands Corps de l’Etat, mais en plus, ne voyait aucune difficulté à travailler indifféremment avec des fonctionnaires gaullistes, MRP, ou même SFIO.

Emmanuel Macron a déclaré vouloir politiser les sommets de l’Etat pour ne pas avoir à combattre l’inertie, voire l’hostilité des responsables ministériels. La réforme de l’Etat semble passer par l’importation et l’appropriation des pratiques et de l’esprit du management, avec comme promesse à la clef, une plus grande rationalité et une meilleure efficience.

Le management, au sens moderne que l’on donne à ce terme, est à l’origine américain. Il est importé en France dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale, dans un contexte local de remise en cause profonde des institutions économiques et sociales d’avant-guerre.

L’État et les institutions publiques sont alors les éléments moteurs du processus de transfert. C’est la sphère publique qui, a l’époque, va moderniser le secteur privé, en particulier, en lui imposant la révolution managériale (1).

C’est à partir des années 1980 qu’on a commencé à considérer la gestion des affaires publiques comme généralement inefficace, proposant comme contre-modèle le secteur privé supposé plus performant. L’utilisation dans la sphère publique d’outils de management et la contagion de l’imaginaire libéral au sein du politique a été puissamment relayé par des institutions transnationales telles le FMI ou des espaces supranationaux comme l’Union européenne. La doctrine du New Public Management et son succès intégral illustre parfaitement bien la nouvelle conception de l’intérêt général.

Cette évolution est à associer au projet néolibéral qui pose comme hypothèse la supériorité de la sphère privée et de ses logiques de marché à base de management participatif. D’où la volonté pour la nouvelle majorité de transplanter les logiques entrepreneuriales dans la sphère publique, en vue d’injecter dans cette dernière rationalité et efficacité (2).

Le récit auquel nous somme soumis consiste à mettre en scène une équation simpliste : le privé est management, rationnel et efficace ; le public est politique, irrationnel et inefficace.

La religion de l’efficacité a envahi l’ensemble des institutions sociales. L’hôpital, l’armée, la police, l’Eglise… toutes sont mises en demeure de faire plus avec moins et de rationaliser leurs effectifs. L’école peut, par exemple, inculquer elle-même cet impératif d’efficacité aux enfants lorsque l’apprentissage est découpé en séquences courtes, visant à produire des résultats rapides et mesurables.

Les familles sont elles aussi soumises à l’impératif de productivité. Il y a vingt ans déjà, une sociologue américaine observait que « le temps familial est en train de succomber au culte de l’efficacité précédemment associé à l’univers du travail » (3). Découpée en créneaux thématiques et en « projets de vie » individuels, la famille se présente de plus en plus comme un assemblage d’activités codifiées devant produire des résultats prédéterminés. Sherry Turkle cite ces propos d’une Américaine âgée de 36 ans :  » Quand je passe de mon calendrier à mon annuaire, puis de mes e-mails à mes textos, je me sens comme un maître de l’univers : tout est si efficace. Je suis une machine à maximiser » (4).

La logique managériale qu’imposait autrefois la hiérarchie des entreprises, beaucoup s’y assujettissent désormais eux-mêmes. Parfois même pour leur plus grand plaisir.

Dans le champ politique, cette managérialisation de l’ensemble des activités humaines a conduit à remettre en cause la légitimité juridique et le référentiel de justice, au profit du principe d’efficacité. L’exemple de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) du 1er août 2001 permet de caractériser cette rupture de paradigme : l’action de l’Etat est désormais soumis à une méthodologie managériale qui consiste à remplacer les politiques par des « stratégies » déclinées en « objectifs opérationnels » évalués au moyen « d’indicateurs chiffrés de performance » (5).

Le nouveau monde qui nous est promis est celui de la technocratie européenne, des discordes partisanes, des austérités mises en oeuvre par tous les gouvernements précédents. Le triomphe du modèle néolibéral. Au nom de l’économisme, du productivisme, du libéralisme à l’anglo-saxonne, le pouvoir macronien est l’opérateur le plus fervent de cet imaginaire.

La nouvelle structure de pouvoir repose à présent sur un triangle : une autorité « jupitérienne » adossée aux institutions de la Ve République, de jeunes hommes et jeunes femmes ambitieux, mais inconnus, qui doivent tout à leur mentor avec lequel ils partagent la vision d’un Etat fort, mais hybride, intégralement mis au service des marchés (cette nouvelle population connaît avec précision la technocratie étatique comme les milieux d’affaires et les réseaux) et enfin, un système de gestion des populations et des comportements par le numérique. La démocratie est devenue soluble dans les algorithmes.

Notre époque connaît un désistement du politique au profit du marché. Selon la pensée de Hayek, voire le vieux rêve des physiocrates, ce n’est plus au politique de gouverner, mais au marché de réguler. La mondialisation a amplifié le phénomène en désacralisant notre monde. Mais transformer la Nation en start-up, les Préfets en « entrepreneurs de l’Etat », comme le veut le Président de la République, risque d’amplifier ce désir de spiritualité prophétisé par André Malraux.

Le numérique peut devenir un danger pour la Démocratie s’il se substitue à la parole, dans un monde où on serait « seuls, ensemble », connectés mais non reliés. Le numérique peut être un amplificateur des espaces démocratiques s’il favorise les rencontres incarnées, concrètes, matérielles et charnelles. Sans quoi, le politique disparaîtra au profit d’une administration cybernétique des populations.

Ainsi prospère le nihilisme contemporain, facteur de décivilisation. Une société technocratique qui ne veut plus savoir qui elle est ni d’où elle vient, qui n’a ni fierté ni mémoire est condamnée à se diluer dans le Grand Marché Global.

Nous avons jusqu’ici eu la crise. Ensuite, nous aurons le chaos.

  1. James Burnham, L’ère des organisateurs, Paris, Calman-Lévy, 1969.
  2. Le 24 mai 2018, au forum VivaTech de Paris, Emmanuel Macron a promis la réussite et l’enrichissement rapide aux plus « talentueux ». La rupture numérique accrédite l’idée d’un passé périmé : elle valorise l’hyper-individualisme au détriment du collectif. Elle proclame la fin du travail salarié.
  3. A. R. Hochschild, The Time Blind : When Work Becomes Home and Home Becomes Work, New York, Metropolitan Books, 1997, p. 51.
  4. Sherry Turkle, Alone Together : Why We Expect More From Technology and Less From Each Other, New York, Basic books, 2011, p. 165.
  5. Voir  » La démarche de performance : stratégie, objectifs, indicateurs. Guide méthodologique pour l’application de la loi organique relative aux lois de finances du 1er août 2001″, juin 2004, rédigé conjointement par le Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie, la Cour des comptes, le Comité interministériel d’audit des programmes, la Commission des finances du Sénat ainsi que la Commission des finances de l’Assemblée nationale. Un « Forum de la performance » a été lancé par le ministère du budget en 2010 pour « permettre aux citoyens de juger par eux-mêmes de la performance de l’Etat ». Voir www. performance-publique.budget.gouv.fr.