« Die totale Mobilmachung » : la réduction de l’individualité à sa fonction mécanique

« La défense armée du pays n’est plus l’obligation et le privilège des seuls soldats de métier, elle devient la tâche de tous ceux qui sont susceptibles de porter les armes. […] Par là même, l’image de la guerre, et qui la représente comme une action armée, s’estompe de plus en plus au profit de la représentation bien plus large qui la conçoit comme un gigantesque processus de travail. A côté des armées qui s’affrontent sur le champ de bataille, des armées d’un genre nouveau surgissent : l’armée chargée des communications, celle qui a la responsabilité du ravitaillement, celle qui prend en charge l’industrie d’équipement – l’armée du travail en général. »

Ernst Jünger, L’État universel (suivi de) La mobilisation totale, Paris, Gallimard, 1990, pp. 106-107.

L’expérience du front vécue par Ernst Jünger (1895-1998) lors de la Première Guerre mondiale, constitue un moment décisif dans sa thématisation du Travailleur comme Figure (1). Pour Jünger, la Première Guerre mondiale se distingue des guerres du passé par le degré de mobilisation qui s’y manifeste.

L’avènement de la Figure du Travailleur est lié à un nouvel état de la société, auquel Jünger donne le nom de «mobilisation totale» (totale Mobilmachung). Cette expression à un sens qui va bien au-delà de sa résonance militaire : c’est l’évolution des techniques de guerre qui est à l’origine de la mobilisation totale. A partir de 1916, le «génie de la guerre» et «l’esprit de progrès» ont conclu une «étroite alliance» qui s’est traduite par le primat accordé à la technique et la mise en mouvement de quantités d’énergies de plus en plus considérables.

Dans les tranchées, Jünger a vu la bataille classique évoluer en Materialschlacht (2), en combat de matériel. La guerre est désormais « imprégnée en totalité par l’esprit qui crée les machines ». Parallèlement, les distinctions traditionnelles entre le combattant et le non-combattant, le militaire et le civil, la première ligne et l’arrière, se sont effacées. Il n’y a plus ni guerre ni paix, mais un combat total permanent, qui prend des formes diverses et qui mobilise l’ensemble des ressources humaines.

Désormais, l’exaltation guerrière s’est muée en une routine symbolisée par la position : « la tranchée a fait de la guerre un métier, des guerriers des tâcherons de la mort, polis et repolis par une sanglante routine », écrivait déjà Jünger dans La guerre notre mère ( Albin Michel, 1934). Et dans Le boqueteau 125 [1918], constatant l’importance prise par « le chef de troupes d’assaut techniquement instruit », il observe : « Les fils les plus durs de la guerre, les hommes qui marchent à la tête de leurs hommes, ceux qui manient les chars d’assaut, l’avion, le sous-marin, sont tous des techniciens étonnants ; et c’est par eux que l’État moderne se fait représenter au combat. »

Dans les combats modernes, tous sont mobilisés ; c’est cette mobilisation qui signe l’entrée dans l’ère du Travail (3). Ce processus de mobilisation, né de la technique, la dépasse. Il est spirituel et idéologique. Une «disposition» (Bereitschaft) à la mobilisation se fait jour partout ; elle atteint même les pacifistes ! « Le versant technique à la mobilisation totale, écrit Jünger, n’en constitue pas l’aspect décisif. Son principe, comme le présupposé de toute technique, est enfoui plus profond : nous le définissons comme disponibilité à être mobilisé. »

De plus en plus, la capacité de mobilisation se révèle être un facteur-clé du destin des peuples. D’ailleurs, la transformation de la guerre Continuer la lecture

Organisation, efficacité et contrôle : une tentative de reconfiguration du politique par le management

« Sauvages. Expliquons-nous sur ce mot. Ces hommes hérissés qui, dans les jours génésiaques du chaos révolutionnaire, déguenillés, hurlants, farouches, le casse-tête levé, la pique haute, se ruaient sur le vieux Paris bouleversé, que voulaient-ils ? Ils voulaient la fin des oppressions, la fin des tyrannies, la fin du glaive, le travail pour l’homme, l’instruction pour l’enfant, la douceur sociale pour la femme, la liberté, l’égalité, la fraternité, le pain pour tous […] Ils semblaient des barbares et ils étaient des sauveurs. Ils réclamaient la lumière avec le masque de la nuit ».

Victor Hugo, Les Misérables, 1862.

Il existe une gouvernementalité qui ne prend pas la forme d’un État, qui ne se pose pas en termes juridiques, qui ne s’exerce pas d’abord sur un territoire, qui ignore les mécanismes disciplinaires classiques. Ce nouveau mode de gouvernement, véritable révolution culturelle fondée sur la communication cybernétique, s’est érigé en tant qu’instance suprême de régulation de la pratique sociale où toutes les normes et valeurs sont remplacées par la loi de l’efficacité et de la valeur marchande. On peut nommer cette nouvelle forme de régulation sociale : « la managérialisation du politique » (1).

Dans son cours au Collège de France de 1978-1979, Michel Foucault va examiner la manière dont la logique économique a été utilisée par les libéraux pour redéfinir la rationalité Étatique, telle qu’elle s’est constituée depuis le XVIII ème siècle.

Pour le néolibéralisme, l’État reste l’acteur principal : celui-ci est simplement reconfiguré à partir du marché. C’est l’État qui, dans son propre intérêt, favorise la propagation des dispositifs de marché dans tout le corps social comme mécanismes de coordination économique, comme discours de légitimation et comme moteur de la croissance. C’est ainsi que le fonctionnement « optimal » du marché ne doit pas reposer sur le marché lui-même, mais sur l’ensemble de la société, « pour que les mécanismes concurrentiels, à chaque instant et en chaque point de l’épaisseur sociale, puisse jouer le rôle de régulateur » (2).

La mission fixée à la puissance publique ne s’arrête pas là : elle doit, dans le cadre juridico-institutionnel, garantir l’État de droit qui permet la bonne marche du jeu économique. Ce qui est visé ici, lorsque le néolibéralisme cherche à appliquer à tout le corps social les principes formels de l’économie de marché, ce n’est pas une société soumise à l’effet-marchandise : c’est une société soumise à la dynamique concurrentielle. Et Michel Foucault d’ajouter : « Une économie faite d’unités-entreprises, une société faite d’unités-entreprises : c’est cela qui est, à la fois, le principe de déchiffrement lié au libéralisme et sa programmation pour la rationalisation et d’une société et d’une économie » (3).

S’il s’agit de confier à l’État la tâche de généraliser la « forme entreprise » au sein de la population, de faire de l’entreprise l’unité de base de la société, c’est pour l’adapter à ce mécanisme de régulation qu’est le marché. Ce n’est pas que ce modèle entrepreneurial présente en lui-même Continuer la lecture

La réalité politique et sociale selon Friedrich Hayek

Connu pour avoir obtenu le prix de la Banque de Suède en sciences économiques (1974), Friedrich Hayek (1899-1992) a souvent été classé comme «ultra-libéral» par ses adversaires. Nous souhaitons, dans cet article, aborder une autre dimension de son oeuvre. Hayek est un auteur majeur de la science politique : en tant que juriste et penseur du droit, il a réfléchit à l’articulation entre l’ordre spontané de la société et l’ordre organisé de l’État. A ce titre, il distingue le droit de la législation.

Le droit, en tant que règle de conduite, a existé dès les débuts des sociétés humaines. Ensuite, est apparue la législation. Le droit est donc antérieur à la législation : aucune société ne peut exister sans droit, c’est-à-dire sans règles communes partagées.

En revanche, les sociétés peuvent exister sans législation : c’est le cas notamment des associations spontanées comme des liens interpersonnels, qu’ils soient familiaux ou amicaux.

Pour Hayek, le droit renvoie à la loi naturelle et la législation, à la loi positive. Il récuse les théories du contrat social et du positivisme juridique. L’idée d’ordre spontané est ce qui se cache derrière l’image de la main invisible. Dans la philosophie de l’histoire de Kant ou de Hegel, celle-ci apparaît comme une laïcisation de la providence, une métamorphose de la théodicée. Idée à laquelle va mettre fin Darwin qui va nous montrer comment, avec la théorie de l’évolution, nous pouvons faire l’économie de la finalité.

Comme aime à le rappeler Hayek avec bien d’autres, l’ordre spontané est le résultat de l’action humaine et non celui d’un dessein humain (1).

Un des plus remarquables traits distinctifs de la pensée de Hayek, c’est la place primordiale qu’il accorde à l’idée d’ordre : cette notion revêt Continuer la lecture

Le néolibéralisme et la question démocratique

« L’idée d’un marché s’ajustant lui-même était purement utopique. Une telle institution ne pouvait exister de façon suivie sans anéantir la substance humaine et naturelle de la société, sans détruire l’homme et sans transformer son milieu en désert. »

Karl Polanyi, La Grande Transformation, 1944

Dans les dernières années du XXème siècle, le concept de «néolibéralisme» s’est considérablement déployé dans l’espace académique, faisant de celui-ci un objet d’étude désormais légitime.

Il n’existe pourtant pas encore de consensus quant au contenu prêté au néolibéralisme, quant au sens donné à son histoire et quant à son impact sur le monde contemporain.

Les travaux portant sur le concept insistent tantôt sur l’impossibilité qu’il y aurait à le rapporter à une définition unique, tantôt sur la très grande cohérence du projet de transformation sociale dont il serait le fondement (1).

A titre d’exemple, le néolibéralisme est appréhendé soit comme une quasi-conspiration mondiale qui se déploie dans l’ombre d’une stratégie hégémonique, soit comme un mouvement sans unité, à la fois éclaté dans des contextes nationaux fortement différenciés et pluriel dans ses orientations politiques et économiques.

Sans oublier les études portant sur l’impact du néolibéralisme concernant la Grande Crise de 2008 : certains ont pu expliquer que notre époque se caractérisait par un recours insuffisant au néolibéralisme, pendant que d’autres insistaient sur sa responsabilité écrasante dans le déclenchement de la crise dite des « Subprimes », soulignant les conséquences sociales extrêmement lourdes que les populations ont dû supporter.

On peut regrouper la pensée critique du néolibéralisme en trois branches : la première trouve sa source dans la philosophie de Karl Marx, la deuxième s’inscrit dans le sillage de la sociologie de Pierre Bourdieu, la troisième trouve son inspiration dans la démarche archéo-généalogique proposée par Michel Foucault.

A. L’approche Marxiste

Celle-ci envisage le néolibéralisme comme la nouvelle idéologie dominante qui recouvre de son voile trompeur la forme contemporaine prise par le capitalisme (2). Sur le plan de l’analyse économique, les récents travaux de Gérard Duménil et Dominique Lévy illustrent parfaitement bien cet angle d’attaque (3). Sur le plan philosophique, les travaux de Stéphane Haber envisagent le néolibéralisme comme un « néocapitalisme », reposant sur une ontologie sociale spécifique qui, tout en donnant l’impression de concourir à la libération des individus, met de facto en place de nouvelles formes d’aliénation toujours plus subtiles (4). Il nous faut également mentionner les travaux du géographe britannique David Harvey qui font du néolibéralisme un « projet de classe » au service d’une domination accrue permise par le « capitalisme global » (5).

B. L’approche Bourdieusienne

Si celle-ci apparaît certes très soucieuse de se distinguer de l’approche marxiste (Pallotta, 2015), elle partage néanmoins avec elle cette conception du néolibéralisme comme idéologie du temps présent. Dans un célèbre texte publié à la fin des années 1990 sous le titre « l’essence du néolibéralisme » (6), Pierre Bourdieu décrivait le néolibéralisme comme « l’utopie, en voie de réalisation, d’une exploitation sans limites », comme « un programme de destruction méthodique des collectifs », mais aussi comme « une nouvelle croyance » se présentant « comme la forme suprême de l’accomplissement humain », ce que d’autres ont pu appeler, un demi-siècle auparavant : une religion séculière. Dans son sillage, les travaux de Loïc Wacquant ou de Keith Dixon ont cherché à mettre en évidence les conséquences politiques et sociales néfastes de cette religion de l’économie qui aurait réussi à conquérir une hégémonie culturelle (Wacquant, 1998 et 2009 ; Dixon, 2000 et 2008).

C. L’approche Foucaldienne

Il s’agit ici d’envisager le néolibéralisme sous un autre jour : celui d’une « gouvernementalité » d’un nouveau genre. En France, Pierre Dardot et Christian Laval décrivent le néolibéralisme comme « La nouvelle Raison du monde » ayant réussi à imposer un gouvernement des vivants qui passe par une transformation complète des rapports de pouvoir : le néolibéralisme reposerait ainsi tout entier sur le figure inédite de « l’individu-entrepreneur » (7). Contrairement à l’approche bourdieusienne, Michel Foucault propose non pas d’appréhender les mutations contemporaines sous l’angle d’une « démission de l’État », mais plutôt comme une reconfiguration de celui-ci qui devient ainsi « l’agent le plus efficace de la mutation néolibérale des sociétés » (Laval, 2014).

Pourquoi poser la question des liens pour le moins ambigus entre néolibéralisme et démocratie ?

C’est que, paradoxalement, beaucoup de néolibéraux défendent une même conception négative de la liberté.

Comme l’a très clairement énoncé Isaiah Berlin, ce choix découle de la priorité donnée à la question : « Jusqu’où le gouvernement s’ingère-t-il dans mes affaires ? » (Röpke, 1939 et Hayek, 1960), sur celle consistant à se demander « Qui me gouverne ?», à laquelle s’attachent plus volontiers ceux qui défendent une conception positive de la liberté (Berlin,1969).

Or, cette distinction conduit à considérer que la démocratie et le libéralisme constituent des réponses à deux questions bien distinctes : celle relative aux modalités d’exercice et aux limites du pouvoir d’un côté et à sa dévolution de l’autre.

La démocratie entend ainsi remettre au peuple un pouvoir que le libéralisme vise seulement à borner : comme le souligne très nettement Hayek, le vis-à-vis de la démocratie Continuer la lecture

Cybernétique et gouvernance : la restructuration néolibérale des rapports sociaux

La formule de Saint-Simon est connue : L’administration des choses remplacera le gouvernement des hommes.

La vérité du politique se trouve dans l’économique : pour Pierre Musso, « l’idéologie du réseau porte en elle la suppression du politique et de tout ce qui gêne la fluidité et la circulation sociale ».1.

La gouvernance cherche à inverser le rapport entre pouvoir et gestion : alors que le système féodal se caractérisait par un rapport de domination politique au service de l’intérêt particulier des gouvernements, le système industriel vise à dominer la nature au moyen de l’économie, à travers la construction de vastes réseaux de communication.

La conception technocratique du néolibéralisme peut s’appuyer sur le « fétichisme » du réseau technique qui va fonder l’idéologie de la gouvernance en réseau.

Avec l’apparition de la cybernétique, la gouvernance va se donner les outils conceptuels qui lui permettront de nier la subjectivité humaine au profit d’une conception purement informationnelle de l’existence. 2.

La spécificité de la gouvernance néolibérale repose sur le fait que la normativité perd son caractère vertical. Ecoutons Alain Supiot décrire cette révolution silencieuse :  » Issue de la cybernétique, le concept de gouvenance porte à considérer le chiffre non comme un cadre, mais comme un but de l’action, ou plus exactement, comme un moteur de la réaction puisque chaque acteur privé ou public est censé, non plus agir, mais rétroagir aux signaux chiffrés qui lui parviennent afin d’améliorer sa performance ». 3.

Pour comprendre le lien entre gouvernance, cybernétique et néolibéralisme, il nous faut retourner aux fondements de la doctrine libérale. L’économiste autrichien Friedrich Hayek s’est intéressé à la cybernétique en participant à une conférence organisée par un des principaux théoricien de cette nouvelle science, Hans von Foerster, ainsi qu’au symposium Beyond Reductionnism de 1968 qui a réuni les grands noms du systémisme. 4.

En réaction au positivisme logique qui domine en Autriche à son époque, il va élaborer une théorie de l’auto-régulation fondée sur une épistémologie constructiviste radicale. Son système conceptuel accorde au « savoir tacite », une prééminence Continuer la lecture