Réflexions pour tenter de comprendre la fragmentation de la société française

Dans L’archipel français (1), Jérôme Fourquet met en lumière les différents processus qui aboutissent à une fragmentation sans précédent de la société française : dislocation de la matrice catho-républicaine, montée en puissance de l’individualisme, sécession des élites, flux migratoires, etc.

Plus particulièrement, le concept de « sécession des élites » a été analysé dès la fin du XXème siècle par Christopher Lasch (2). Ce phénomène montre que ce n’est plus « la révolte des masses » qui menace désormais la vie démocratique, mais la coupure de plus en plus prononcée entre le peuple et les « élites ». Une coupure tant économique et matérielle qu’éducative et intellectuelle qui conduit au repli sur eux-mêmes des privilégiés.

Cette sécession n’est pas le résultat d’un plan voulu ou caché. Elle est d’abord et avant tout la conséquence de la démocratisation de l’accès aux études supérieures qui a entraîné un élargissement des élites : alors que celles-ci représentaient environ 5% de la population jusqu’aux années 1970, elles pèsent aujourd’hui entre 15 et 20%.

Dès lors, ces élites peuvent vivre en vase clos. On peut, par exemple, observer le processus qui frappe Paris. Historiquement, il y a toujours eu des beaux quartiers et des quartiers populaires. Mais aujourd’hui, c’est quasiment toute la ville et une partie de la banlieue qui sont homogénéisés. Le mouvement dit des Gilets Jaunes montre bien le gouffre doublé d’une totale incompréhension qui s’est aujourd’hui installé entre les deux mondes. C’est ce que constate assez lucidement Raphaël Glucksmann : « Je me sens plus chez moi à Berlin qu’en Picardie ».

A l’époque, l’étroitesse de cette base sociale faisait qu’elle était davantage consciente de l’interaction nécessaire avec le reste de la société. De nos jours, ces élites peuvent avoir l’impression que toute la société est à leur image. Ce qui explique, en partie, les colères qui partout se manifestent : les classes populaires, et à présent les classes moyennes, ont le sentiment d’être littéralement sorties du film écrit par et pour les classes les plus intégrées.

Parmi les élites, beaucoup et notamment dans les jeunes générations Continuer la lecture