Du complexe agro-industriel et de ses conséquences sur le monde paysan

« Notre PIB prend en compte, dans ses calculs, la pollution de l’air, la publicité pour le tabac et les courses des ambulances qui ramassent les blessés sur nos routes. Il comptabilise les systèmes de sécurité que nous installons pour protéger nos habitations et le coût des prisons où nous enfermons ceux qui réussissent à les forcer. Il intègre la destruction de nos forêts de séquoias ainsi que leur remplacement par un urbanisme tentaculaire et chaotique. Il comprend la production du napalm, des armes nucléaires et des voitures blindées de la police destinées à réprimer des émeutes dans nos villes. Il comptabilise la fabrication du fusil Whitman et du couteau Speck, ainsi que les programmes de télévision qui glorifient la violence dans le but de vendre les jouets correspondants à nos enfants.

En revanche, le PIB ne tient pas compte de la santé de nos enfants, de la qualité de leur instruction, ni de la gaité de leurs jeux. Il ne mesure pas la beauté de notre poésie ou la solidité de nos mariages. Il ne songe pas à évaluer la qualité de nos débats politiques ou l’intégrité de nos représentants. Il ne prend pas en considération notre courage, notre sagesse ou notre culture. Il ne dit rien de notre sens de la compassion ou du dévouement envers notre pays. En un mot, le PIB mesure tout, sauf ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue. »

Robert Kennedy, Université du Kansas, 18 mars 1968.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en France, l’heure est à la reconstruction et à la montée en puissance de l’appareil de production industriel. La petite paysannerie est sommée d’en finir avec ses méthodes ancestrales et les traditions perpétuées depuis des millénaires. Une nouvelle manière de cultiver et de produire est inaugurée par les pouvoirs publics. Son mot d’ordre sonne comme un mantra : « L’innovation ! » (1). Dès cette époque, l’administration française va chercher (déjà) à adapter le pays aux exigences de la nouvelle Grande Guerre économique mondiale qui se profile à l’horizon.

Avec le plan Marshall et l’arrivée des tracteurs, c’est l’âpreté du travail agricole d’autrefois qui disparaît : le temps de labeur dans les champs est divisé par quatre, bouleversant ainsi de façon irrémédiable le rapport des paysans à la terre. C’est tout un imaginaire réclamant du temps, de la patience et de l’expérience qui se voit balayé par des directives saturées d’un vocabulaire nouveau : rendement, production, productivité, retour sur investissement, etc. La rationalité économique du capitalisme commence à imposer ses normes et ses règles implacables (2). Une véritable colonisation des esprits entame son parcours meurtrier,  déployant ses effets sur l’ensemble d’un monde sommé de s’adapter ou bien de disparaître.

Installation d’un imaginaire du progrès technique et règne du productivisme

En 1962, se met en place sur le territoire européen une « politique agricole commune » (PAC) (3) : à cette époque, les agriculteurs français encensent les décisions du gouvernement, sans réaliser encore que leur situation allait être à ce point conditionnée par des décisions prises loin de chez eux, à Bruxelles. Sous l’effet d’une croissance spectaculaire des rendements, les stocks de produits agricoles ne cessent de croître. Les agriculteurs européens sont mis en concurrence les uns avec les autres, les obligeant à toujours plus s’endetter pour acquérir le superbe « dernier tracteur » ou la « dernière technologie » (4) qui vont leur permettre d’effectuer un meilleur labour ainsi que l’achat de tonnes d’engrais chimiques aux fins d’optimiser encore d’avantage les récoltes.

Mais en produisant toujours plus et toujours plus vite, on en vient à produire trop : très logiquement, le problème des surplus agricoles n’a pas d’autre effet que celui de la baisse des prix payés aux producteurs. Le productivisme déchaîné montre rapidement ses limites. Un nouveau monde se dessine : sous l’effet des Trente Glorieuses et de ses prolongements civilisationnels, nous partageons à présent tous la même culture urbaine. La campagne a perdu sa dominante agricole tandis que la ville se dilue dans le périurbain. Cette recherche du confort consumériste affecte gravement le champ culturel. Dans un article daté du 24 juin 1974, Pasolini définit la culture d’une nation comme ce qui s’enracine précisément dans le vécu et dans l’existence des hommes (5). Selon Lewis Mumford, théoricien de l’urbanisme américain, on forme « un peuple unifié, homogène, standardisé, composé d’individus conformes au prototype métropolitain et habitué à consommer exclusivement les marchandises que leur fournissent les maîtres de l’appareil, dans le meilleur intérêt d’une économie en perpétuelle expansion » (6). Qu’en est-il aujourd’hui ?

Pourquoi les sociétés modernes éliminent-elles leurs paysans ?

La question paysanne est un analyseur de la modernité, de ses impensés anthropologiques et de ses logiques de domination. C’est également un formidable révélateur des impasses de plus en plus évidentes dans lesquelles nous nous débattons, à l’image du problème écologique, qu’il soit proche ou bien planétaire (7).

Lorsqu’aujourd’hui on évoque le monde agricole, c’est souvent pour en relever les dysfonctionnements : les agriculteurs sont responsables de la pollution chimique, de la maltraitance animale, de la prolifération des algues vertes en Bretagne, etc. Sans oublier de souligner les transferts faramineux qui sont organisés sous forme de subventions. Pourtant, ne serait-il pas plus judicieux de pointer les politiques nationales qui ont choisi de bâtir une politique agricole et alimentaire uniquement guidée par les impératifs de compétitivité sur les marchés internationaux, le tout sous contrôle du FMI et de la Banque mondiale ?

Comprendre que même l’agriculture la plus industrialisée et rationalisée possible ne pourra jamais concurrencer les prix toujours plus bas des productions venues du Brésil et d’autres pays émergents ne nous semble pourtant pas hors de portée. Et que dire de nos modes de production et de stockage qui dégradent la qualité des aliments, de leur transformation excessive et des circuits de distribution qui s’étirent toujours plus loin ?

Deux mondes se font face : d’un côté, un milliard d’individus se trouvent en état de sous-alimentation, et de l’autre, des centaines de millions d’individus sont en état d’obésité sévère. Il est très hypocrite de faire croire que les problèmes d’alimentation dans nos pays occidentaux pourraient se résoudre très facilement par une sorte de réingéniérie des individus, en leur inculquant les fameuses « bonnes habitudes alimentaires » (cinq fruits et légumes par jour, consommation des produits laitiers, etc.). Comment ne pas reconnaître que les problèmes alimentaires que les pays rencontrent (malnutrition, obésité) sont tributaires des comportements de certaines firmes transnationales de l’agroalimentaire qui ne sont regardantes ni sur la qualité de leur production, ni sur le respect des diverses législations aux fins d’assurer de lucratifs retours sur investissements (8) ?

En même temps que les systèmes alimentaires des pays occidentaux rendent possible le gaspillage de près de 30 % de l’alimentation disponible (9), les pays pauvres vendent leurs meilleures terres aux pays développés ou aux émergents. Ce sont aujourd’hui près de 50 millions d’hectares de terres cédées, dont 30 millions en Afrique, qui sont destinés non pas à l’agriculture vivrière pour les populations locales, mais à alimenter de grandes cultures destinées aux agrocarburants ou à la chimie verte qui profiteront exclusivement aux pays riches (9). En réalité, le marché agricole mondial est entre les mains d’une dizaine de sociétés transcontinentales (10).

Contrairement au modèle uniformisateur de la société urbaine, industrielle puis de services, dont la mondialisation néolibérale accélère l’installation aux quatre coins de la planète, le paysan (et non l’agriculteur) est devenu l’antithèse parfaite de la modernité, véritable bouc-émissaire au sens de René Girard. Celui qui, pour de multiples raisons individuelles ou collective, résiste à « la marmite d’alchimiste du capital » qu’évoquait Karl Marx et dans laquelle nous sommes toutes et tous, de façon contrainte ou volontaire, de plus en plus immergés. Il ne faut jamais l’oublier : le sacrifice des paysans, c’est celui de tous les autres…. ou presque !

Comment remettre en cause l’hégémonie du complexe agro-industriel et enrayer sa logique productiviste ? Il est urgent d’échapper à notre enfermement dans les niches d’un marché alimentaire réservé aux classes aisées et de reprendre entièrement la terre aux machines (11).

Sortir de la fonction-support assignée au secteur agricole

Ce sont les politiques françaises et européennes, agricoles mais pas seulement, qui dessinent les réalités agricoles et alimentaires. On peut dégager deux objectifs principaux : d’une part, paix sociale et bonne marche des affaires oblige, elles visent à procurer une alimentation « bon marché », accessible aux nombreuses populations précarisées par les politiques de dérégulation économique et sociale, mises en œuvre par l’État lui-même et ses gouvernements successifs depuis les années 1980, et d’autre part, maintenir le secteur agricole dans la fonction-support qui est la sienne depuis l’après-guerre, c’est-à-dire comme débouché pour un ensemble d’industries qu’il s’agit de soutenir : l’industrie du machinisme agricole, de la chimie, et plus récemment, de la robotique, de l’intelligence artificielle et des nanotechnologies. C’est à l’aune de ces objectifs qu’il nous faut comprendre les éléments de langage déployés par le storytelling de la gouvernance européenne : « transition écologique », « agriculture biologique », « souveraineté alimentaire », etc.

Aujourd’hui, l’industrialisation agricole prend un virage transhumaniste : la promesse d’une agriculture « managée » par l’intelligence artificielle (cybernétique) à travers les robots, les drones et les capteurs. L’élevage moderne, c’est un élevage sans éleveurs et sans bétail, avec les fameux ersatz de viande dite « cellulaire » (12). Nous assistons ici au parachèvement du processus d’industrialisation : les paysans ne sont pas délivrés du travail, mais éliminés !

La nouvelle servitude paysanne, c’est l’obligation pour les agriculteurs d’entrer dans ce que l’on peut appeler : « l’engrenage capitaliste », mécanique implacable induite par une mécanisation à forte intensité. Toutes ces machines, nécessaires pour rester « compétitifs », ont un coût. Les pouvoirs publics encouragent l’investissement en matériel agricole en mobilisant une large panoplies d’aides ou de dispositifs fiscaux comme le suramortissement. Les paysans sont poussés à s’endetter toujours plus, à remplacer leur matériel plus fréquemment. Cette course en avant implique une spécialisation des exploitations agricoles et conditionne l’ensemble du processus de production

Un tracteur puissant induit de plus grands champs : il faut abattre les haies et remembrer les parcelles. Et des champs plus grands appellent naturellement la monoculture, ce qui démultiplie les risques phytosanitaires et réclame l’emploi de pesticides. L’exemple de l’élevage laitier est à cet égard frappant : l’achat d’un robot de traite modifie en profondeur la forme et le sens du travail. S’il libère de l’astreinte à la traite, il implique un autre type de servitude ; celle de veiller nuit et jour au bon fonctionnement du robot. La détresse des paysans est le produit de cette propagande dégradante (le toujours plus), de la perte de sens d’un métier de plus en plus déconnecté de sa finalité alimentaire, et des conditions économiques intenables dans lesquelles il s’exerce.

Début 2019, Michel Houellebecq publie Sérotonine. Le livre est écrit à la première personne ; il raconte l’histoire de Florent-Claude Labrouste, quarante-six ans, ingénieur agronome. Il a travaillé pour de grands groupes agricoles et agroalimentaires. Selon le narrateur, la suppression des quotas laitiers a plongé des milliers d’éleveurs français dans la misère, les réduisant à la faillite. La puissante agro-industrie dont « je connais parfaitement les dérives » pèse aussi dans leur sort, tout comme « la situation insupportable que la grande distribution fait peser sur les producteurs ». L’ingénieur agronome s’en prend aussi à Monsanto pour qui il a travaillé quelques années plus tôt : « mes supérieurs au sein de la firme étaient tout simplement des menteurs pathologiques », « la vérité était qu’on ne savait rien, ou à peu près rien, sur les conséquences à long terme des manipulations génétiques végétales ». Pourtant, là n’est pas le problème principal. Le conseiller agricole poursuit sa méditation : « Les semenciers, les producteurs d’engrais et de pesticides jouaient par leur existence même sur le plan agricole, un risque destructeur et létal. » Et plus loin encore : « Cette agriculture intensive […], basée sur des exploitations gigantesques et sur la maximisation du rendement à l’hectare, cette agro-industrie entièrement basée sur l’exportation, sur la séparation de l’agriculture et de l’élevage, était à mes yeux l’exact contraire de ce qu’il fallait faire si l’on voulait aboutir à un développement durable ».

Avec Sérotonine, Michel Houellebecq signe sans doute le grand roman de la fin de ce qu’un Alain Minc a pu appeler : « la mondialisation heureuse ». Il nous donne à voir la peinture glaçante d’un monde paysan en perdition, la fin d’un patrimoine humain venu du fonds des âges, sacrifié sur l’autel du cash-flow :

« Ce qui se passe en ce moment avec l’agriculture en France, c’est un énorme plan social, le plus grand plan social à l’oeuvre à l’heure actuelle, mais c’est un plan secret, invisible, où les gens disparaissant individuellement, dans leur coin, sans jamais donner matière à un sujet pour BFM » (13).

  1. L’innovation, telle que définie par l’OCDE en 2005 (Cf., Oslo Manual. Guidelines for collecting and interpreting innovation data, OECD, Eurostat publication, 2005), correspond à l’adoption d’un produit nouveau ou significativement amélioré, d’un process nouveau, d’une nouvelle méthode de marketing ou une nouvelle méthode d’organisation.
  2. D’une agriculture de subsistance dont on vendait le superflu, on passe à son exact contraire : la subsistance du paysan dépendra dorénavant du superflu, c’est-à-dire de sa capacité à produire plus que ne l’exigent ses besoins.
  3. Crée par le traité de Rome en 1957, la politique agricole commune (PAC) a pour objectif d’accroître la productivité de l’agriculture, de stabiliser les marchés, de garantir la sécurité des approvisionnements et d’assurer des prix raisonnables aux consommateurs. Parallèlement à ces objectifs, la PAC est également encadrée par des principes qui lui sont propres : unicité du marché, solidarité financière et préférence communautaire. Cf., Daniele Bianchi, La politique agricole commune (PAC) : précis de droit agricole européen, Bruxelles, Bruylant, 2012, pp. 62-80.
  4. Si l’on veut comprendre ce processus, il suffit de regarder le site John Deere France. On nous explique avec force conviction la façon d’améliorer encore les rendements, en « activant la connectivité JDLink »… Ou comment rendre les paysans encore plus addicts à la cybernétique.
  5. Pier Paolo Pasolini, Écrits corsaires, Paris, Flammarion, 2009. L’auteur de Théorème (1968) examine la consommation de masse qui conduit à une déshumanisation de la société et à la destruction de l’identité italienne.
  6. Lewis Mumford, La cité à travers l’histoire, Paris, Agone, 2011. Il s’agit ici de la critique d’une organisation économique qui sacrifie le progrès de l’humanité au perfectionnement des machines. L’auteur revient au souci du bien public, à la recherche d’un équilibre écologique et à la coopération sociale comme base de notre milieu de vie.
  7. Le lundi 9 août 2021, le GIEC a rendu public le premier volet de son sixième rapport. La tonalité est très alarmiste face à un réchauffement bien plus rapide que ce qui avait été anticipé.
  8. Cf., « Le scandale alimentaire, scénario à répétition du secteur agroalimentaire et de la grande distribution », in Le Monde, 11 août 2017. Du lait aux salmonelles en passant par les lasagnes à la viande de cheval, les crises sanitaires, aux conséquences plus ou moins dramatiques, illustrent les complexités du circuit alimentaire telles que le néolibéralisme l’a définit.
  9. Cf., OCDE, Biocarburants pour les transports : politiques et possibilités, Synthèse, Paris, 2007.
  10. Foued Cheriet, Pasquale Lubello, « Concentration des grandes firmes et nouvelle division multinationale du travail : la révolution du système agroalimentaire mondial », in Systèmes agroalimentaires en transition, Éditions Quæ, collection Upadte Sciences & Technologies, 2017, pp. 115-158.
  11. L’Atelier Paysan, Reprendre la terre aux machines. Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire, Paris, Le Seuil, 2021.
  12. Cf., Éric Muraille, « La viande cultivée en laboratoire pose plus de problèmes qu’elle n’en résout », in The Conversation, 2 juillet 2021. La viande « cultivée », ou viande in vitro, aussi nommée clean meat (viande propre) par ses partisans, est une viande produite en laboratoire à l’aide de techniques de bio-engénierie. C’est en 2013 que Mark Post, professeur à l’université de Maastricht, a présenté le premier burger de viande cultivée. Depuis, l’utopie d’une consommation de viande sans exploitation animale, issue d’une « agriculture cellulaire », a fait de nombreux adeptes chez les défenseurs des animaux, mais aussi dans l’industrie agroalimentaire.
  13. Michel Houellebecq, Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019, p. 248.

 

A l’époque postmoderne, les idéologies ne sont plus que des systèmes de signes

« C’est cette mélancolie des systèmes, qui prend aujourd’hui le dessus à travers les formes ironiquement transparentes qui nous entourent. C’est elle qui devient notre passion fondamentale. »

Jean Baudrillard, Simulacres et Simulations, Paris, Galilée,1981.

Après avoir effectué un voyage aux États-Unis d’Amérique en 1986, au coeur de l’hyperréalité, Jean Baudrillard nous a livré à son retour un carnet de route, une description de ce qu’il a perçu et qu’il consigne dans un superbe essai intitulé : Amérique (1).

Comme le titre l’indique, par le choix délibéré de l’indéfinition, l’auteur se place en dehors de toute délimitation, de toute référence trop précise sauf celle du continent et de l’escorte de rêves et de fantasmes que véhicule son nom devenu magique : Amérique (2).

Pour Jean Baudrillard, la société n’est plus que système de signes, où simulacres et simulations font office de réalité et d’expérience. Dans cette perspective, les États-Unis d’Amérique sont très certainement le champ d’exploration qui peut le mieux corroborer cette définition.

Une civilisation adonnée à des « simulacres » de la réalité

Selon Jean Baudrillard, dans les sociétés occidentales modernes, les technologies de l’information ont abouti non pas à l’émergence du « village global » dont parlait Marshall McLuhan (3), mais à un monde où le sens est effacé, où le « réel » est réduit aux seuls signes autoréférentiels de son existence, tandis que la société devient elle-même une structure        « opaque ». La modernité, c’était le temps des explosions, révolutionnaires ou autres. La postmodernité, c’est le temps de l’implosion.

Implosion du sens dans les médias ; « Nous sommes dans un univers où il ya de plus en plus d’information, et de moins en moins de sens ». Les médias sont devenus une « gigantesque force de neutralisation, d’annulation de sens ». Contrairement à ce que l’on peut croire,          « l’information est devenue une sorte de trou noir, une sorte d’absorption de l’événement ».

Les sociétés occidentales sont d’abord passées de la caste à la classe, puis de la classe à la masse. Aujourd’hui, les masses ne sont pas aliénées, mais opaques. En recherchant le spectacle plus que le sens, elles se transforment en « majorités silencieuses » qui capturent l’énergie sociale sans la réfléchir, ni la restituer. Elles avalent tous les signes et les font disparaître elles aussi dans un « trou noir ».

C’est ainsi que l’homme est devenu lui-même un « pur écran » qui absorbe tout ce que distillent les réseaux. Autrefois, la machine aliénait l’homme. Avec l’écran interactif, l’homme n’est plus aliéné ; il devient lui-même partie prenante d’un réseau intégré.

Le projet de la Matrice : asservir les humains

En 1999, paraît sur les écrans un film devenu culte : Matrix. Sur Terre, l’intelligence artificielle (IA) a pris le pouvoir, les machines deviennent capables d’agir de manière autonome. Et pour asservir les humains, ces dernières vont brancher leur cerveau sur une réalité virtuelle qui a pour nom : La Matrice.

La Matrice est un gigantesque programme de simulation du réel, qui reproduit à l’identique le monde tel qu’il était avant l’avènement des machines Continuer la lecture

Remettre le local au centre et le global à la périphérie

L’Union européenne est un projet technocratique qui a pour résultat de marginaliser le continent. Pour les dirigeants de l’UE, l’Europe est un espace indifférencié, sans identité, sans limites et dont le seul destin autorisé est de se consacrer à la marchandise et au négoce.

L’ Europe s’est précipitée dans des guerres civiles destructrices qui ont eu pour résultat de casser les ressorts de son dynamisme et de sa créativité (1), la faisant plonger dans une vaste dépression. Le vieux continent s’est peu à peu vidé de sa vitalité politique, économique et culturelle au profit de puissances tierces qu’il a contribué à renforcer : les États-Unis d’Amérique et la Chine.

L’État-nation ayant fait preuve, pour l’instant, de son incapacité à faire obstacle à l’uniformisation de la planète (2), le recours au « local » peut être une réponse pertinente et féconde à la globalisation.

La mondialisation, devenue le cadre de notre quotidien, est paradoxale. D’un côté, elle est unidimensionnelle ; elle semble provoquer partout l’extinction de la diversité sous toutes ses formes, et de l’autre, elle entraîne une fragmentation inédite. Ce faisant, cette fragmentation nous offre, paradoxalement, la possibilité de re-définir un mode de vie fondé sur l’auto-organisation à tous les niveaux. Cette ré-appropriation du politique par les populations pourrait devenir une nouvelle forme de pratique démocratique Continuer la lecture

L’essence du capitalisme : la guerre économique permanente

« Le capitalisme est dans son principe un état de guerre permanente, une lutte perpétuelle qui ne peut jamais avoir de fin. » (1).

Sans cesse le marché organise les flux : des marchandises, des capitaux et des hommes. Le marché broie les existences en célébrant le culte de l’égoïsme (2): c’est la complainte du néolibéralisme qui, en permanence, remet en cause les hommes dans leurs existences. Il fait planer un doute sournois et perpétuel sur leur utilité en organisant la mise en concurrence des subordonnés.

Selon Joseph Schumpeter, le capitalisme est cette puissante dynamique animée par l’idée de « destruction créatrice ». Une idéologie qui fait régner la terreur d’abord sur les salariés et qui s’est depuis étendue à tous les champs de l’existence.

Si le développement de la culture peut se définir comme le combat de l’espèce humaine pour la vie, ce combat se heurte au constat déjà opéré au XVIème siècle par le philosophe anglais Thomas Hobbes : « L’homme est un loup pour l’homme ». L’agressivité, ce trait indestructible de la nature humaine, menace constamment toute société civilisée : si nous nous construisons par la rencontre de l’autre comme « modèle », celui-ci a également dès le départ fonction d’« objet et d’adversaire ».

Les besoins sont infinis et l’obsolescence programmée des marchandises, leur mise au rebut systématique et accélérée, est un moyen de perpétuer l’incertitude dans laquelle baignent les pauvres gens. La société leur accorde un léger surplus par rapport à la stricte satisfaction de leurs besoins alimentaires : ils peuvent donc « essayer de vivre ».

Essayer de vivre…

Une telle vie deviendrait inadmissible s’il n’y avait le leurre de la nouveauté. C’est pourquoi il faut sans cesse « innover ». L’entrepreneur, écrivait Schumpeter, est l’homme capable d’innovation (3).

Mais ne nous y trompons pas : lorsque l’on parle d’innovation, il s’agit en réalité de démoder des objets Continuer la lecture

Le protectionnisme : une réponse aux excès du libre-échange ?

« C’était un élevage énorme, plus de trois cent mille poules, qui exportait ses oeufs jusqu’au Canada et en Arabie Saoudite (…) Dans des hangars éclairés en hauteur par de puissants halogènes, des milliers de poules tentaient de survivre, serrées à se toucher (…) Elles étaient déplumées, décharnées, leur épiderme irrité et infesté de poux rouges, elles vivaient au milieu des cadavres en décomposition de leurs congénères, passaient chaque seconde de leur brève existence – au maximum un an – à caqueter de terreur (…) C’était la première chose qui vous frappait, ce caquètement incessant, ce regard de panique permanent que les poules vous jetaient, ce regard de panique et d’incompréhension, elles ne demandaient aucune pitié elles en auraient été incapables mais elles ne comprenaient pas, elles ne comprenaient pas les conditions dans lesquelles elles étaient appelées à vivre. »

Michel HOUELLEBECQ                                                                                       Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019, p. 166

Pour un régime qui se veut libéral et pluraliste, il existe une exigence centrale : celui du contrôle démocratique des peuples sur leur avenir.

Or, le quasi-unanimisme de la classe politique en faveur du libre-échange devient véritablement indécent au regard de l’exigence de ce qui doit être dans un contexte démocratique. Le rapport de la classe politique au libre-échange relève de la croyance et de l’incantation : le libre-échange n’est plus un principe d’économie politique, mais un dogme qu’il nous faut accepter dans son entièreté. Il n’y a pas d’alternative !

Pour le néolibéralisme, le libre-échange n’est plus un moyen d’améliorer l’existence des peuples, mais une finalité, un projet « en soi » auquel ces derniers doivent se soumettre.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les nations du monde entier se sont réunies à La Havane pour signer une charte qui aurait pu jeter les bases du système économique mondial (1). La charte de La Havane, qui plaçait l’être humain avant le commerce, est morte suite au refus du Congrès américain de la ratifier. Lui succéda, en 1948, l’accord général sur les tarifs douaniers et le commerce : le GATT. L’objectif était d’établir la libre circulation des marchandises à l’échelle mondiale en fixant comme horizon la disparition des droits de douane.

La charte de La Havane proposait une voie entre libéralisme et interventionnisme, espace pour lequel il ne semble pas y avoir de place aujourd’hui. Pour bien comprendre l’intérêt d’une « troisième voie » médiane, il faut se souvenir qu’au sortir de la Seconde Guerre mondiale le Royaume-Uni et les États-Unis ne se sont tournés vers une politique de libre-échange qu’après une longue période de protectionnisme : ce qui leur a permis de développe Continuer la lecture