La littérature contre la prétention des tenants du Néolibéralisme qui rêvent de rendre l’humanité calculable

« La politique dans une œuvre littéraire, c’est un coup de pistolet au milieu d’un concert, quelque chose de grossier et auquel pourtant il n’est pas possible de refuser son attention. Nous allons parler de fort vilaines chose, et que, pour plus d’une raison, nous voudrions taire ; mais nous sommes forcés d’en venir à des évènements qui sont de notre domaine, puisqu’ils ont pour théâtre le cœur des personnages.»

Stendhal, La Chartreuse de Parme, 1839, Livre second, chapitre XXIII.

La fameuse métaphore de Stendhal fait état d’un conflit, d’une tension problématique entre les abondantes réflexions d’ordre politique, économique ou social peuplant ses romans et ce qui serait proprement littéraire : l’économie, au même titre que la politique, se donnerait par rapport à la littérature comme un régime discursif radicalement étranger, ne pouvant intervenir en son sein que sur le mode de l’attentat, de l’irruption ou de la déchirure fondamentale.

Lorsqu’en 1865, depuis Wiesbaden en Allemagne, Dostoïevski débute l’écriture de Crime et châtiment, il vient de perdre sa femme et son frère : il a fui la Russie aux fins d’échapper à la prison pour dettes. Loin de sa terre natale, accablé par le chagrin et les soucis, l’écrivain s’emploie à défier les tenants de la modernité heureuse. Il abhorre le capitalisme, dont il a observé la toute-puissance à Londres et qui est en passe de transformer Saint-Pétersbourg.

Il situe son roman dans les bas-fonds de la capitale de Pierre le Grand : dans la deuxième moitié du XIX ème siècle, la cité est secouée de toutes parts. La révolution industrielle a changé la physionomie de la ville ; en quelques décennies, sa population a triplé. Dostoïevski écrit : « Les maisons closes fort nombreuses, la population d’ouvriers et d’artisans entassés dans ces ruelles et ces impasses du centre de Saint-Pétersbourg ». Il observe la société russe, écartelée entre les théoriciens du chaos et ceux de l’intérêt, qui bascule dans un narcissisme frénétique.

Dostoïevski méprise la bourgeoisie d’argent qui triomphe à Saint-Pétersbourg. Dans son roman, le personnage de Loujine est la caricature de l’arriviste enrichi : se piquant de progressisme, il n’hésite pas à livrer sa propre vision de la théorie de la main invisible d’Adam Smith : « En ne travaillant que pour moi, je travaille, par le fait, pour tout le monde ». C’est vrai que depuis Ricardo, les économistes libéraux anglais tentent de renoncer aux réflexions philosophiques pour se concentrer sur la formalisation mathématique.

Un crime contre l’esprit, selon Dostoïevski. Une aberration parfaitement décrite dans ce passage qui concerne une jeune fille ivre, perdue dans les rues de la ville : le héros du roman, Raskolnikov, lance : « Un certain pourcentage doit finir ainsi chaque année … et disparaître Dieu sait où … au diable sans doute pour garantir le repos des autres. Un pourcentage ! Ils ont de jolis petits mots ! Rassurants, techniques … ».

Avant la révolution industrielle, les paysans russes ont connu de terribles famines ; mais pour Fiodor Dostoïevski, rien n’est plus inhumain que la misère des grandes villes modernes. A un moment du récit, il s’attarde sur le parcours de l’ancien fonctionnaire Marmeladov. Incapable de nourrir sa famille, cet ivrogne impénitent Continuer la lecture

Du néolibéralisme comme représentation du monde

L’objectif de cet article est de démontrer la nature profondément idéologique du néolibéralisme, et plus précisément, sa profonde cohérence en tant que représentation du monde dans son ensemble.

La pierre angulaire du néolibéralisme, c’est sa conception particulière de l’individualité conçu comme une sorte d’atome de l’organisation sociale, une réalité à la fois première et dernière, à partir de laquelle se construit tout l’édifice social.

Il s’agit d’un véritable assujettissement des individus par le capitalisme : une injonction faite aux individus, dans le cadre des rapports de production et des institutions qui en dérivent, de se comporter en toutes circonstances comme des sujets au sens d’êtres autonomes, capables de penser, de décider et d’agir par eux-mêmes, en fonction de leurs seules déterminations, de leurs seuls intérêts propres.

L’individu est ainsi représenté par le néolibéralisme à la fois comme sujet économique (propriétaire privé de sa personne et de ses biens), comme sujet juridique (titulaire de droits personnels inaliénables sur la base desquels il noue des rapports contractuels avec les autres individus et la société dans son ensemble), comme sujet éthique (doté d’une dignité qui doit être respectée par les autres, de même qu’il se doit de respecter la dignité des autres), comme sujet politique (citoyen disposant du droit de concourir à la formation de la loi commune et tenu à l’obligation de s’y soumettre) et enfin, comme sujet philosophique, c’est-à-dire être rationnel, selon Emmanuel Kant.

A partir de cette pierre angulaire, va se greffer une première triade de notions qui vont servir de socle fondamental au discours de légitimation du néolibéralisme. Il lui a fallu bâtir des concepts autour desquels vont pouvoir s’ordonner les textes canoniques qui vont venir coloniser les imaginaires. Cette triade articule des notions de propriété (privée), de liberté (individuelle) et d‘égalité (formelle).

Pour le néolibéralisme, la seule forme d’appropriation légitime est celle de la propriété privée individuelle Continuer la lecture

Les Conférences Macy : pour une approche globale de l’individu et de la société. Partie III

Norbert Wiener explique qu’à l’été 1947, le groupe a décidé « d’appeler tout le domaine de la théorie du contrôle et de la communication, que cela concerne la machine ou bien l’animal, par le mot cybernétique, formé à partir du grec Kubernètès ou homme de barre ».

Ce choix est dicté par trois raisons :

« Reconnaître que le premier papier significatif sur les mécanismes de feedback est un article sur les régulateurs qui a été publié par Clerk Maxwell en 1868 ».1; « Reconnaître que le terme anglais pour régulateur (governor) est dérivé d’une corruption latine » « Rendre compte du fait que les servomécanismes d’un navire constituent bien sûr une des toutes premières formes des mécanismes de feedback, et des mieux développées ». 2.

  • La quatrième Conférence Macy

La quatrième conférence s’est tenue à New-York les 23 et 24 octobre 1947. Elle est intitulée : « Mécanismes causaux circulaires et feedback dans les systèmes biologiques et sociaux ».

Avant la conférence, Warren McCulloch adresse un compte rendu des trois premières rencontres à chacun des participants. Cette quatrième conférence va être marquée par la controverse entre Wolfgang Köhler et le groupe cybernétique.

W. Köhler met en évidence le concept d’Insight, défini comme la découverte soudaine de la solution à un problème sans passer par une série d’essais-erreurs progressifs.

Dans un compte-rendu du « Cybernétique » de N. Wiener qu’il a publié en 1951, W. Köhler a appuyé son scepticisme concernant les comparaisons entre la pensée humaine et les machines à calculer, sur l’absence d’insight dans les machines :

« Quant aux comparaisons maintenant populaires entre la pensée humaine et l’opération de machines à calculer, la réserve la plus grande semble être indiquée… De ce que N. Wiener dit dans Cybernétique, on n’obtient pas l’impression que les processus arrivant dans les machines sont fonctionnellement comparables à ceux qui arrivent chez l’homme pensant. Parmi leurs fonctions, il n’y a aucune qui peut être comparée à l’insight dans la signification d’un problème ». 3.

  1. Maxwell J.C, On Governors, Proc. Roy. Soc., London, 1868, 16, 270-283. Note de Norbert Wiener
  2. Wiener N., op. cit., 1948, 1961, trad. Pélissier A., 1995, p. 17.
  3. Köhler W., « review of Wiener’s Cybernetics (1948) » in Social Research, 125-130, 1951.

Le projet cybernétique : une dimension de la postmodernité

S’intéresser à la cybernétique, c’est essayer de comprendre un paradigme fondé sur une toute nouvelle conception de l’humain et de la société en rupture avec l’héritage humaniste de la modernité.

C’est vrai que la remise en cause de l’humanisme n’est pas le seul fait de la cybernétique. La philosophie à travers Nietzsche, Heidegger, sans oublier Freud, s’est livrée à la critique de la représentation moderne du sujet, soulignant les illusions et les contradictions de la notion d’autonomie subjective.

La cybernétique a pour ambition de rendre le monde plus rationnel par le contrôle et la gestion informationnels. Un monde peuplé de créatures hybrides, les cyborgs étant censés faire reculer chaque jour un peu plus les limites imposées par notre nature.

L’efficacité remplace la légitimité. La gestion remplace le politique, les décisions étant aujourd’hui prises sur des bases informationnelles. Continuer la lecture