La gouvernance de l’Union européenne : une construction cybernétique ?

La gouvernance de l’UE apparaît comme un projet visant, en même temps, à tenter de neutraliser le politique en vidant la démocratie de son contenu, ramenant l’action des gouvernements à des règles et à des pratiques de gestion économique dispensées par une expertise privée (1).

La gouvernance se fonde sur un ensemble de présupposés qui trouvent leurs origines dans la cybernétique et qui vont se déployer à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le père de la cybernétique, Norbert Wiener (1894-1964), a pour projet de rendre le monde plus rationnel par le contrôle et la gestion informationnelle. Traumatisé par les folies collectives qui viennent de déchirer le monde, il veut « Éviter que l’humanité ne replonge dans le monde de Bergen-Belsen et de Hiroshima ». Cet espoir est fondé sur l’émergence des machines dites « intelligentes » qui nourrissent la promesse d’une société démocratique, transparente et décentralisée (2).

La notion de « société de contrôle » interroge le renouvellement des formes de pouvoir. On sait que depuis la révolution industrielle, la question du modèle d’organisation de l’entreprise a été au coeur des débats sur les modèles de société. Le projet de Saint-Simon, élaboré dès le premier quart du XIXème siècle, vise à la mise en place d’une société réticulaire gérée comme une industrie, grâce à l’alliance des savants et des industriels. Cette société sera façonnée dans l’entre-deux-guerres par l’idéologie du management.

En 1930, Antonio Gramsci observe : « L’hégémonie prend naissance dans l’usine » (3). Pour lui, le fordisme n’est pas seulement une méthode de production Continuer la lecture

Le management : une idéologie de la performance ?

La cybernétique est la grande révolution scientifique du XXème siècle qui va bousculer l’ensemble des sciences en général et plus particulièrement, la science des organisations.

Penser la cybernétique, c’est essayer de comprendre le passage de la modernité à la posmodernité, de la société industrielle à la société postindustrielle, de l’économie de la production à l’économie de l’information.

Le concept d’organisation, fait observer François Jacob dans La logique du vivant, apparaît en biologie à la charnière des XVIII et XIXème siècles, remplaçant la structure visible comme grille d’analyse du vivant : fini les taxinomies, place à l’étude du fonctionnement !

Lamarck, dés 1809 dans Philosophie zoologique, le confirme puisque l’on peut observer l’omniprésence du terme pour désigner ce que Claude Bernard dans Introduction à la médecine expérimentale (1865) appellera « le milieu intérieur ». Sans oublier Walter Cannon qui, en 1932 dans Wisdom of the Body, parlera d’homéostasie pour désigner la régulation des éléments internes au système qui permet à ce dernier, de conserver son équilibre malgré les contraintes extérieures.

C’est à ce titre qu’il convient de rapprocher le concept de « système » de l’idée « d’organisation ». On retrouvera alors fort logiquement le terme, dans le contexte de rationalisation du travail qu’est la révolution industrielle, sous la plume de Charles Babbage en 1883 dans son Traité sur l’économie des machines et des manufactures et bien sûr, sous celle de Taylor en 1911 dans ses Principes du management scientifique.

Un siècle avant notre ingénieur américain, Saint-Simon avait achevé sa vie en publiant un Nouveau christianisme (1825), qui fit de l’entreprise et de l’industrie les vecteurs de la fraternité, valeur cardinale d’un christianisme revenu à ses sources et enfin débarrassé des magistères inutiles et contre-productifs. Taylor va fidèlement poursuivre le mouvement de sécularisation en éclairant le projet managérial sous un jour nouveau : celui de la performance par l’organisation scientifique du travail (OST). Taylor s’efforce de penser l’usine comme le lieu d’une nouvelle fraternité (il ne faut surtout pas oublier qu’il était Quaker, le nom commun donné à la Société des Amis), duquel serait exclu tout type de conflits, que ces derniers relèvent de la logique de classe ou de l’intérêt individuel.

En ce sens, le management procède à la fois de l’utopie, car le réalisme impose de reconnaître la nature polémique de l’être humain, et du messianisme sécularisé, car il s’agit d’un projet religieux qui s’accomplit dans l’industrie.

Aussi, nous faisons l’hypothèse suivante : le management ne concerne pas seulement  l’entreprise, mais  bien l’ensemble des activités humaines, posant ainsi les jalons de la gouvernance mondiale.

Continuer la lecture